Le projet BELENOS          Un projet de la 3 M Montbelleux.

Le projet BELENOS : ériger au sommet de la colline de Montbelleux (mont de BELEN –BELENOS), une œuvre représentant le dieu BELENOS, le dieu celte du soleil recevant une offrande au solstice d’été.

Cette sculpture s’intégrera dans le parcours d’interprétation du circuit pédestre.

Elle rappellera le passé prestigieux de cette montagne sacrée avec ses deux menhirs et son culte payen. Ce ne sera pas la Vallée des Saints mais une œuvre unique dans un écrin qui possède une âme millénaire.

2 statues 2
Philippe ANDRÉ

Le Sculpteur : Philippe André retourne aux origines de la présentation figurale.

 L’artiste renoue avec la tradition classique du non-finito en sculpture, terme forgé à la Renaissance en Italie autour du XVIe siècle. (sculptures de Michel-Ange laissées à l’état d’ébauche, tradition poursuivie avec Medardo Rosso, Rodin (XIXe s.) et Giacometti (XXe s.).Laisser volontairement l’œuvre dans un état d’inachèvement permet de laisser le processus de création apparent et de donner un sens d’instabilité et d’indétermination dans l’identité des figures.

Chez Phillippe André, le processus de caractérisation de la figure se fait par gradations du haut vers le bas : le visage est l’élément le plus travaillé – bien que les traits demeurent dans un état grossier – et au fur et à mesure que notre regard descend vers les paries inférieures du corps, celui-ci apparait de moins en moins travaillé.

On peut aussi voir dans ce choix une réminiscence de la pensée médiévale, selon laquelle le visage est le miroir de l’âme de la personne…Autre analogie curieuse, les figures de l’artiste présentent plusieurs visages juxtaposés entre eux de sorte à regarder simultanément dans plusieurs directions.

(Extraits de l’article de Félix Giloux, critique d’art et chercheur indépendant, membre du comité de rédaction permanent du journal Les cahiers d’art de courte-line journal spécialisé dans l’art contemporin.)