Légendes

Montbelleux, une montagne sacrée et un site de légendes à Luitré-Dompierre, aux Marches de Bretagne,

Le merle de Noël

On raconte que l'un des deux menhirs situés sur la façade sud-ouest de Montbelleux recouvrait un trésor considérable.

Tous les ans, pendant la nuit de Noël, un merle venait soulever un instant cette pierre levée et découvrait le trésor.

Mais malheur à l'imprudent que la cupidité pousserait à chercher à s'en saisir : il n'en aurait pas le temps et périrait écrasé par l'énorme poids de la pierre qui s'abattrait sur sa tête.

Les nains hideux.

En Bretagne, et à Montbelleux notamment, à certaines époques de l'année, et par un beau clair de lune, des nains hideux, appelés cormandons, korrigans, poulpiquets, kerions, sortaient de leurs souterrains. Toute cette petite armée formait une ronde infernale autour des dolmens et des menhirs. Leurs petites voix criardes se faisaient entendre pendant les silences des nuits et faisaient fuir le voyageur qu'ils cherchaient à attirer en faisant sonner de l'or sur la pierre sacrée.

Celui qui se laissait abuser était entrainé dans leur ronde jusqu'à épuisement.

Le petit mineur

Le petit mineur est un personnage que tous les mineurs connaissent.

Ce petit lutin korrigan, avait la réputation d'être bienveillant car il annonçait le danger aux hommes du fond. Il se mettait à crier lorsque la roche craquait et que s'annonçait un éboulement : « Attention les gars !...c'est le p'tit mineur...ça va péter ! »

Et ils se sauvaient.

Aujourd'hui encore...

Et dit-on, aujourd'hui encore, à Montbelleux, sortant des galeries de la mine et ayant perdu leurs pierres levées favorites, les nains organisent leur ronde infernale autour du chevalement.

Il ne faut pas se promener la nuit sur le Mont Belleu, surtout si vous entendez résonner la ferraille dans le bois ou si vous voyez des yeux lumineux dans les buissons.

Aujourd'hui les pierres levées de Montbelleux ne sont plus que des fantômes, reste le chevalement mais demain, gare à celui qui abattra ce menhir métallique, le seul qui reste sur le sol de la Bretagne armoricaine !

 

 

 

                                                                                   Retour page précédente.