Les minéraux de Montbelleux

Les minéraux sont disséminés dans le quartz blanc, dans la roche de schiste ou dans le granite.

La wolframite se présente en grandes plages monocristallines, souvent pluricentimétriques, localement remplacées par un peu de scheelite.

Le potentiel métal du gisement de Montbelleux est estimé à environ 2,8 MT de minerai. Les filons wolframifères ont une teneur variant de 0,05% à O,25% .

Au total, la production effective est restée très faible.

Son exploitation brassait beaucoup de matières et certains minéraux se retrouvent concentrés suite à l’extraction, ce qui a entraîné une dépollution du site en 2011.

La cassitérite. O n l a t r o u v e s o u v e n t e n g r o s c r i s t a u x , pluricentimétriques, roses à rose brunâtre ou brun rouge à brun noir, soit en plages indépendantes, soit associés à la wolframite, la molybdénite, le mispickel,

La pyrite. Parfois en inclusions dans la wolframite.

L’étain. A l’âge du bronze, on exploitait déjà l’étain.

Des vestiges d’une exploitation du minerai d’étain, indispensable à la fabrication du bronze, ont été découverts au début du XXème siècle par F. Kerforne qui explorait Montbelleux pour son minerai de wolfram en 1903.

D’autres minéraux ont été trouvés à Montbelleux en petites quantités :

TOPAZE, en grandes plages verdâtres.

HÛBNERITE (bien caractérisée par ses abondantes réflexions internes rouges) en cristaux acidulaires inclus dans de la fluorine tardive ou associée à un peu de FERBERITE.

 MOLYBDENITE en agrégats lamellaires dans le quartz.

MISPICKEL, PYRRHOTINE, BLENDE NOIRE, CHALCHOPYRITE, STANNITE, FLUORINE.

 Traces de BISMUTH NATIF, BISTHMUTINITE, COSALITE, FREIBERGITE, GALENE, MACKNAWITE.